[Le Phoenix] Black Mirror prédit la possibilité de ressusciter les morts

Dans cet épisode de la série Black Mirror, l’héroïne se connecte à la version virtuelle de son défunt petit ami. (Photo : capture d’écran de la série)

La série culte américaine avait vu juste en 2017. Un an plus tard, une start-up relève le défi et se lance dans la sauvegarde des cerveaux humains.

Connaissez-vous la série Black Mirror ?  La série d’origine britannique qui existe depuis 2011, est produite par Netflix à partir de 2016. Elle interroge, dans un futur proche, les conséquences que pourraient avoir les nouvelles technologies. L’épisode 1 de la saison 2 montre un jeune couple dont l’homme meurt d’un accident de voiture, laissant Martha, sa compagne, déprimée et seule. Celle-ci entend ensuite parler de l’agence « Partir ». Un service qui collecte toutes les données partagées en ligne par le défunt afin d’en imiter le style d’écriture par un robot semblable à Siri, l’assistant personnel des iPhones. Martha va encore plus loin. Elle donne au logiciel l’accès aux mails et autres éléments personnels d’Ash, son compagnon, afin de mieux « personnaliser » son équivalent virtuel. Martha peut donc annoncer à son conjoint qu’elle est enceinte, discuter avec lui au téléphone (le robot imite sa voix à la perfection) et même partager avec lui les échographies du bébé et tout élément de sa vie quotidienne. Le dispositif censé aider à accepter doucement la mort d’un proche, semble impressionnant et incroyablement futuriste, voire relevant de l’impossible. Mais en sommes-nous sûrs ?

Une start-up propose de conserver votre cerveau

La société américaine Netcome créée en 2018, a pour objectif la sauvegarde des données du cerveau pour ensuite les faire revivre dans un «cloud » et pourquoi pas, réintroduire ce cerveau dans un autre corps. Oui, vous avez bien lu, et tout ceci est très sérieux ! Cette société utilise la cryogénisation qu’on retrouve actuellement dans la conservation du sperme. Il s’agirait de conserver les neurones du patient, mais l’entreprise prévient : « On ne sait pas s’il est réellement possible de recréer la conscience d’une personne. » En effet, il n’existe encore aucune preuve que la mémoire subsiste dans les tissus après la mort. Cependant certains sont déjà prêts à tenter l’expérience : 25 personnes ont avancé plus de 10 000 dollars pour tester le service qui implique inévitablement… la mort. La société peut déjà se vanter aujourd’hui d’avoir réussi à « sauvegarder » des données d’animaux.  Le projet bénéficie notamment d’une subvention fédérale à hauteur de 960 000 dollars.

Le projet est encore en développement et n’a pas encore réalisé son objectif. Pour tous ceux qui seraient tentés par l’immortalité, sachez que dans l’épisode, Martha devient accro à ce substitut technologique et se coupe peu à peu de ses amis réels et vivants. Le service devient alors pour elle un moyen de nier la mort d’Ash et d’esquiver la nécessité du deuil. Ainsi, la série prévient déjà des dérives possibles qu’une telle invention pourrait engendrer.

Lolita Aboa