mars 22

Coronavirus : L’Allemagne vient en aide à la France

Avec près de 1300 personnes en réanimation dans tout le pays, la France peine à venir en aide à ses malades. Ce samedi 21 mars, l’Allemagne a annoncé qu’elle allait se montrer solidaire, en proposant des lits aux patients français qui n’ont pas pu être hospitalisés

Crédit Photo : Les Echos

Le Bade-Würtemberg solidaire

Dans le Grand Est, la situation échappe au personnel soignant. Alors pour lui venir en aide, la région du Bade-Würtemberg a proposé d’accueillir des patients atteints du Covid-19. Le porte-parole du ministère de la santé local l’a déclaré ce samedi. Depuis le mois de février, Mulhouse est l’un des foyers majeurs de l’épidémie en France. Un foyer qui recense déjà plus de 1550 personnes hospitalisées, et 105 morts. Les hôpitaux sont bondés et poussent les médecins à faire le tri entre les malades. Seuls ceux qui ont « une chance de s’en sortir » sont admis en réanimation selon une infirmière anonyme pour le JT de France 2.

Des capacités moins limitées en Allemagne

Le ministère de la santé allemand a demandé aux hôpitaux frontaliers « d’accueillir des malades nécessitant une assistance respiratoire dans le cadre des capacités existantes ». L’Allemagne souffre elle aussi de l’épidémie. Selon le dernier bilan de l’institut Robert-Koch, le pays comptait plus de 16 000 malades, ce qui faisait de sa population la quatrième la plus touchée du monde. En comparaison, la France n’abrite « que » 12 000 contaminées. Mais 46 Allemands seulement sont morts du Covid-19. Un chiffre que les experts expliquent par la qualité de matériel médical allemand, mais aussi par le fait que beaucoup de jeunes, généralement asymptomatiques, sont touchés. Dans les hôpitaux du Bade-Würtemberg, on souffre ainsi beaucoup moins du manque de lits que dans le Grand Est.

Près de 500 personnes accueillis

Selon les informations du quotidien Schwäbische Zeitung, les malades admis en Allemagne seront ceux « qui risquent de mourir dans les prochains jours et qui ont besoin d’une assistance respiratoire en urgence ». Les patients qui n’ont pas été admis dans les hôpitaux français, considérés comme en trop mauvaise santé pour être sauvés, ont donc encore une chance de survivre. A l’heure actuelle, le Bade-Würtemberg disposerait d’un peu plus de 2300 lits équipés, dont 20% sont libres. 460 français pourraient donc potentiellement être accueillis par les service hospitaliers de la région.

Mathéo Girard