février 01

Étiquettes

Investiture de Joe Biden : un « soulagement » pour les personnes LGBTQ+

Le gouvernement sortant avait été à l’origine d’un recul majeur sur les droits des minorités sexuelles et de genre aux États-Unis.

Le 20 janvier, ce sont quatre années de présidence de Donald Trump qui se sont achevées. Quatre années pendant lesquelles l’ex-président a particulièrement attaqué les droits des personnes LGBTQ+, selon l’organisation Gay & Lesbian Alliance Against Defamation. L’ancien vice-président de GLAAD, Zeke Stokes, rapporte dans un article de USA Today News avoir constaté « plus de 175 attaques sur la communauté depuis son investiture, dans sa politique et ses discours ».

Dès les premiers jours de la présidence de Trump, toute mention des problématiques LGBTQ+ disparait complètement du site de la Maison Blanche. Quelques jours plus tard, le républicain revient sur la circulaire d’Obama permettant aux élèves transgenres de choisir leurs toilettes à l’école. 

Le 12 janvier 2019, une directive visant à interdire le recrutement de personnes transgenres dans l’armée des États-Unis entre en vigueur. Elle va aussi à l’encontre des directives de l’administration de Barack Obama, au motif que l’armée « ne peut supporter le fardeau des coûts médicaux énormes et les perturbations qu’entraîneraient les personnes transgenres », d’après un tweet de Trump du 27 juillet 2017.

Cette déconstruction des droits et protections obtenus sous la présidence Obama va jusqu’à la dépénalisation de la discrimination à l’embauche sur des critères d’orientation sexuelle ou d’identité de genre.

Joe Biden, entré à la Maison Blanche ce mercredi 20 janvier, entend restaurer ces droits.

Dès les premières heures de son investiture, Joe Biden signe un ordre exécutif pour interdire les discriminations à l’encontre des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres sur leur lieu de travail. Il s’est également engagé à faire voter, dans les trois prochains mois, l’Equality Act au Congrès, « essentiel pour garantir qu’aucun futur président ne pourra à nouveau revenir sur les droits civiques et les protections des personnes LGBT+ », avait-il déclaré en octobre.

L’élection de Joe Biden avait été célébrée par la communauté LGBTQ+. (Crédit photo : David McNew, AFP via GettyImages)

Le nouveau président semble aussi avoir mis un point d’honneur à ce que les personnes LGBTQ+ soient représentées dans son administration. Il nomme comme secrétaire social Carlos Elizondo et comme porte-parole adjointe Karine Jean-Pierre, premières personnes homosexuelles à occuper ces places, ainsi que Rachel Levine, pédiatre transgenre, comme secrétaire adjointe à la Santé. 

Joe Biden n’a pas été toujours aussi ouvert aux droits des personnes LGBTQ+. En 1996, il avait voté pour le Defence Marriage Act, contre l’union des couples homosexuels.

Aujourd’hui quoi qu’il en soit, « des millions d’Américains peuvent soupirer de soulagement », d’après un communiqué d’Alphonso David, président de l’organisation Human Right Campaign.

Quentin Dansac