novembre 08

La Sicile victime de catastrophes naturelles

Avec l’accélération du réchauffement climatique et l’activité de plus en plus importante de l’Etna, la Sicile et ses habitants subissent des catastrophes naturelles en tous genres. Éruptions volcaniques, canicules et inondations ont, en effet, récemment frappé l’île.

L’Etna de plus en plus virulent

Depuis la mi-février, le volcan sicilien est dans une période de forte activité. De nombreuses éruptions spectaculaires ont secoué l’île italienne. Le plus grand volcan d’Europe est encore passé à la vitesse supérieure ces derniers mois. Selon le témoignage d’une habitante de la ville de Catane, « depuis février, nous avons eu pas moins de 55 événements ».

La dernière éruption en date s’est produite le 24 octobre et a été l’une des plus violentes de l’année, « la plus intense de ces derniers mois », selon le journal italien Corriere della Sera. Un énorme nuage de cendre, aussi appelé nuées ardentes, s’est élevé au-dessus du volcan, provoquant l’annulation de plusieurs vols vers la Sicile. D’après le service français de météorologie, le nuage devrait se déplacer jusqu’en Grèce. Ces nuées ardentes sont accompagnées de coulées volcaniques et de pluies de roches noires. Ce sable volcanique s’abat régulièrement sur les villes voisines qui se retrouvent ensevelies. En février dernier, l’état d’urgence avait été déclaré et un million d’euros avait été débloqué pour aider à désencombrer les villes des débris.

La dernière éruption de l’Etna est l’une des plus impressionnantes de l’année.

Source 24 heures

À cause de ces éruptions à répétition, l’Etna accumule des particules et des couches de lave sur son cratère. Selon l’institut italien de vulcanologie, le volcan a gagné cette année quelques mètres, atteignant désormais 3 357m sur le cratère sud-est. Ce n’est d’ailleurs pas la seule répercussion de ces récentes éruptions, selon Big News Network. Cette année le volcan a produit des dizaines de millions de tonnes de lave et plus de 7 millions de tonnes de dioxyde de carbone.

L’île sévèrement touchée par le réchauffement climatique

Les incidences de cette accumulation de dioxyde de carbone sont évidemment une catastrophe pour le climat de l’île. La Sicile subit de plein fouet le réchauffement climatique depuis plusieurs années et à vitesse grand V. Son climat, autrefois méditerranéen, a beaucoup évolué, se rapprochant aujourd’hui d’un climat tropical et humide. La température moyenne a augmenté de 1, 5°C en moyenne et les averses sont plus régulières et plus intenses. Depuis plusieurs années, les agriculteurs se sont d’ailleurs mis à la production de fruits exotiques. Les plantations de vignes et d’agrumes ont peu à peu laissé place aux bananes, papayes, mangues et au cacao.

Dans de nombreuses villes en Sicile, comme à Catane, le cyclone a provoqué des inondations, plusieurs morts sont déjà à déplorer.

– Source : FranceInfo

Le 11 août dernier dans la ville de Floridia, au sud de l’île, la température a atteint 48,8° C. Ce nouveau record de chaleur européen est pour le climatologue Gianmaria Sannino, la preuve de l’« intensité des événements extrêmes » en Sicile.

Pour ne rien arranger à la situation déjà critique de la Sicile, un cyclone méditerranéen, aussi appelé medicane (mediterranean tropican-like cyclone) s’abat depuis le 26 octobre sur le sud de l’Italie et sur l’île. Le cyclone Apollo a provoqué des pluies torrentielles. Selon certains experts, il serait tombé l’équivalent d’un an de pluie en 48h, provoquant des inondations dans la plupart des villes siciliennes. Trois morts et une disparue sont déjà à déplorer et l’île est en alerte rouge. Pour protéger la population, les autorités invitent les habitants à rester chez eux jusqu’à la fin de l’alerte, les écoles et commerces sont également fermés jusqu’à nouvel ordre.

Pas de calme, ni avant, ni après la tempête, la situation n’est pas près de s’améliorer, un second medicane est attendu par les météorologues et devrait à nouveau frapper la Sicile. L’étendue des dégâts n’est pas encore quantifiable, même si de nombreuses habitations, boutiques et exploitations agricoles ont été inondées.

Jessica Granato