Cannes : Zemmour fait son show

Le samedi 22 janvier à Cannes, Éric Zemmour a été chaleureusement accueilli

Les partisans d’Éric Zemmour lors de son meeting à Cannes (Crédit : Killian Chapus)

Victoire, c’est bien le mot retenu samedi soir par Éric Zemmour. En guise de feu d’artifice d’une journée rythmé par les déplacements dans les alpes maritimes, le candidat à la présidentielle a réuni près de 4 600 sympathisants au « Palais des Victoire » à Cannes-la-Bocca. Travailleurs, chefs d’entreprises, personnes âgées, enfants, adolescents… Tous étaient présents ce 22 janvier. Le succès était tel que les capacités de la salle ont vite été dépassées. Sans compter les 1 200 personnes qui ont dû attendre à l’extérieur selon les organisateurs.

« C’est le seul candidat authentique »

Musique dramatique, drapeaux français, hurlements, Éric Zemmour a offert un spectacle des plus lunaires. Pendant près de deux heures, les soutiens du candidat d’extrême droite ont scandé « nous sommes chez nous ». Ils souhaitent retrouver une certaine France du passé, « leur » France. Face à un discours axé sur la sécurité et l’immigration, les électeurs sont conquis : « c’est le seul candidat authentique » affirme Richard, un soixantenaire. « C’est vraiment important de le soutenir, il est le seul à pouvoir concrètement changer les choses » confie Martine, retraité. La plupart des supporters sont séduits par les mêmes éléments de son programme : « C’est la partie sur l’immigration qui m’intéresse le plus » s’exclame Mélodie, lycéenne de 17 ans accompagnée de ses parents. D’après Sylviane, 45 ans, « les médias nous font passer pour des racistes, mais ça n’est pas du tout le cas, on veut que la vie redevienne ce qu’elle était avant ». Des cris, des pleurs, c’est ce que nous ont donné à voir ces hommes et ces femmes. Par moment, on pouvait même entendre « Zemmour on t’aime ! », signe que les électeurs sont touchés. Pour eux le candidat est comme le signe d’une nouvelle ère « C’est un véritable soulagement… ».

« Rendre aux Français la fierté d’être Français »

Dans le cortège de la « reconquête » étaient présents Guillaume Pelletier, Laurence Trochu, Jérôme Rivière, Philippe de Villiers ainsi qu’un nouvel arrivant : Gilbert Collard, ancien partisan du Rassemblement national. Ce dernier explique qu’il « n’a rien contre Marine Le Pen et ne dira jamais rien contre elle ». Tous apparaissent comme les éternels persécutés, coincés entre la « vieille gauche » et la « fausse droite ». Ils souhaitent désormais construire l’histoire de ce qu’ils appellent « l’union des droites ». Avec son parti « reconquête », Éric Zemmour et ses soutiens appellent les électeurs des « Républicains » à rejoindre le grand mouvement de la droite populaire, car « le temps est à la survie ». Le mouvement est « un soulèvement, un évènement, un avènement » d’après Philippe de Villiers. « Zemmour veut rendre aux Français la fierté d’être français ». Ce dernier a d’ailleurs appelé les votants à éviter à tout prix l’abstention, et à se mobiliser pour « enfin faire bouger les choses », afin qu’ils se sentent à nouveau « chez eux ».

Hannah Delaygue